À l’arrivée de la ménopause, 25 à 35 % des femmes font face à des problèmes de sommeil, en particulier après avoir franchi ce cap de transition hormonale. Outre les autres effets secondaires de la ménopause tels que les bouffées de chaleur, les sautes d’humeur, la perte d’élasticité et d’éclat de la peau, etc., l’on remarque des troubles importants de sommeil chez la femme. Du mal à s’endormir, des réveils répétés durant la nuit, la fatigue se fait forcément beaucoup ressentir à ce tournant de la vie de la femme pour ces raisons. Heureusement, il existe des solutions pour venir à bout de ces problèmes de sommeil à la ménopause. Nous vous dévoilons quelques conseils dans cet article.

Troubles du sommeil à la ménopause : quelles causes ?

À partir de 50 ans, lorsque la ménopause s’installe, le sommeil peut changer. Il n’y a pas de quoi s’inquiéter, c’est tout à fait normal. Cette phase de transition hormonale est marquée par la baisse de production des hormones féminines (œstrogènes et progestérones) et l’apparition de symptômes plus ou moins connus tels que la prise de poids, les bouffées de chaleur.

D’ailleurs, ces dernières sont les premières pointées du doigt lorsque l’on pense aux troubles du sommeil. Même si les bouffées de chaleur ne sont pas les seules causes connues des troubles du sommeil, l’inconfort occasionné par les sueurs nocturnes favorise généralement le réveil au beau milieu de la nuit.

À cet âge, les femmes sont pour la plupart encore très actives, elles s’efforcent de s’endormir pour être en forme pour la journée suivante, ce qui peut être source d’anxiété et de stress. Comme la production de progestérone, hormone aux effets calmants est complètement cessée, le stress est plus amplifié et des troubles du comportement peuvent même se produire.

Par ailleurs, des études ont également démontré que ces troubles du sommeil étaient plus fréquents en post-ménopause qu’en pré-ménopause, ce qui est aussi le cas des ronflements et des apnées du sommeil, eux aussi au rendez-vous. L’apnée du sommeil doit être particulièrement surveillée, car elle augmente les risques d’accidents cardio-vasculaires.

Ménopause : vaincre la fatigue avec des compléments alimentaires

Avec les troubles hormonaux et la baisse des œstrogènes responsables de la sensation de bien-être chez la femme, celle-ci a tendance à se sentir mal dans sa peau et à très vite fatiguer. Ces désagréments ne sont pas invincibles et peuvent très bien se traiter.

Certaines formules complètes de compléments alimentaires proposés sur des sites tels que Poméol sont d’excellents moyens pour lutter contre tous ces effets désagréables de la ménopause, notamment les problèmes liés au sommeil.

Généralement, ces solutions sont issues de plantes aux vertus apaisantes et permettent de réduire les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes pour un sommeil beaucoup plus apaisé et moins troublé.

Troubles du sommeil à la ménopause

Les traitements hormonaux pour venir à bout des problèmes de sommeil

Toujours dans cette optique de compléments, le THS ou Traitement Hormonal Substitutif est très connu pour les troubles liés à la ménopause. Il consiste à prodiguer à l’organisme toutes les hormones en baisse ou en total arrêt de production.

Il est surtout connu pour ses effets sur les troubles du sommeil, les bouffées de chaleur et sueurs nocturnes, mais attention, il n’est envisageable que sur prescription médicale d’un gynécologue. Œstrogène, progestérone, mais aussi mélatonine sont les plus souvent conseillés dans ce genre de cas pour améliorer la qualité du sommeil et réduire les troubles.

La mélatonine est notamment une hormone sécrétée par le cerveau la nuit et permet d’éviter les troubles liés au sommeil. Un traitement contenant de la mélatonine peut donc s’avérer particulièrement efficace.

Néanmoins, tous ces compléments alimentaires sont soumis à des dosages très précis et doivent être contrôlés, il vaut mieux toujours vous fier aux conseils de votre médecin traitant.

Améliorer son hygiène de vie pour mieux dormir à la ménopause

Les compléments alimentaires ne sont pas toujours bien vus. En effet, les femmes craignent bien souvent les effets secondaires, surtout dans le cas de la mélatonine où ils sont particulièrement violents (maux de tête, cauchemar, vertige, somnolence, etc.), ou un cancer du sein ou de l’endomètre.

Bien que ces cas soient très rares, il est toujours possible d’envisager une meilleure hygiène de vie pour réduire les troubles du sommeil. Pour ce faire, il faut en premier lieu réduire votre consommation de tabac et d’excitants. Continuez ensuite avec des efforts physiques réguliers en journée et non en soirée, ou même, pourquoi pas, envisager une perte de poids.

Michel Cymes : "La ménopause vous fait perdre votre sommeil"

Combattre les troubles du sommeil liés à la ménopause

En plus des compléments alimentaires à prendre, il est toujours conseillé d’adopter ces quelques astuces dans votre quotidien pour mettre toutes les chances de votre côté afin de retrouver de bonnes nuits de sommeil. Certaines femmes ménopausées, victimes de troubles du sommeil se tournent par exemple, vers la méditation et le yoga pour se calmer avant de se mettre au lit.

D’autres préfèrent se calmer à l’aide d’une tisane ou d’une infusion avant de dormir. Pour éviter les problèmes de sommeil, il faut aussi veiller à dormir toujours à la même heure. Il convient également de ne rester au lit que pendant les heures de sommeil.

Dans la mesure du possible, respectez le nombre d’heures nécessaires pour bien dormir. Il est généralement recommandé de se coucher avant 23h afin de bénéficier d’un sommeil de qualité.

En cas d’insomnie ou de réveil au milieu de la nuit, ne vous forcez pas à vous rendormir immédiatement, levez-vous plutôt et marchez un peu, essayez de vous rafraîchir avec un bon verre d’eau ou allez feuilleter un magazine.

En effet, rester dans votre lit et tenter tant bien que mal de vous rendormir va accentuer votre stress et vous rendre plus anxieuse. Si possible, évitez les écrans deux heures avant de vous coucher. Enfin, afin d’éviter les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes, privilégiez des vêtements légers, en coton.

Commentaires Facebook