fbpx

Quelles sont les obligations de contrôle VGP d’un pont roulant ou d’une nacelle ?

Dans cet article, nous allons vous parler de l’obligation pour tous les chefs d’entreprise d’effectuer une VGP particulière en fonction des engins que la société utilise. 

En effet, les “vérifications générales périodiques” sont différentes selon l’engin. Le Code du travail impose ces vérifications étant donné la dangerosité que peut provoquer l’utilisation de certaines machines. 

Nous allons parler de la VGP concernant les ponts roulants, en abordant les différentes règles mises en place autour de ces structures pouvant être dangereuses pour la santé des employés qui l’utilise.

Une information périodicité vgp pont roulant

Il est important d’être conscient de la dangerosité de l’utilisation de ponts roulants, il est recensé chaque année plusieurs accidents graves pouvant être mortels, causés par une anomalie ou une défectuosité d’un pont roulant.

C’est pourquoi il est impératif d’effectuer une VGP pour éviter toutes les possibilités qu’un de vos employés se fasse écraser ou qu’une charge lourde chute d’une hauteur conséquente. Il est important également de régulièrement effectuer un travail de maintenance en complément d’une VGP. 

Depuis 2004, le Code du travail indique qu’il est obligatoire de passer par un organisme spécialisé pour effectuer une VGP d’un pont roulant tous les 12 mois. Ce contrôle va vous permettre d’être assuré que vous êtes aux normes et vous garantit la conformité la plus totale de votre appareil. 

La sécurité de vos employés est importante, une vérification générale périodique sera le moyen de rassurer et d’affirmer que vos employés peuvent travailler en toute sérénité. 

vgp pont roulant

Quelles sont les vérifications faites lors d’une VGP ? 

Tout d’abord, les examens seront effectués par un professionnel des contrôles VGP. Ils vont être les intervenants agréés pour effectuer cette mission, ils agiront directement sur place. 

Pour mener à bien un contrôle, le contrôleur VGP devra se renseigner à l’aide du manuel d’utilisation de l’appareil ainsi que des rapports de vérification antérieurs. Grâce à ces informations, il pourra en venir à effectuer les examens qui vont déterminer le résultat de son contrôle.  

Dans un premier temps, le contrôleur va passer à un examen visuel, visant à s’assurer du bon état de l’appareil en question. L’objectif est de contrôler minutieusement chaque détail de l’état de l’appareil pour éventuellement déceler une anomalie pouvant mener à l’hypothèse qu’il est nécessaire d’effectuer des réparations.  

Il va regarder chaque élément du pont élévateur : signalisation, équipements ou encore fixation, structure tout y passe pour être certain que l’état du pont est correct. 

Ensuite, le contrôleur va effectuer un examen mécanique, il va simplement essayer la machine et vérifier le bon fonctionnement des différentes manipulations que peut effectuer un pont roulant. 

Suite à ces deux contrôles, le contrôleur va établir un diagnostic et va remplir le carnet de maintenance, si tout est aux normes, il délivrera un certificat de conformité au chef de l’entreprise. Dans le cas contraire, il peut faire la demande de réparation à certains niveaux, s’il a détecté des anomalies pouvant entraîner un accident.